Avenir de la franchise un an après l'ouverture de Bab Ezzouar

La franchise a-t-elle un avenir en Algérie ? La soixantaine de franchiseurs présents sur le marché algérien semblent indiquer que oui mais de nombreuses contraintes limitent le développement de la franchise.

Les enseignes de marques étrangères se multiplient dans les artères principales d'Alger et d’autres villes. Plus de soixante enseignes sont présentes au Centre commercial Bab Ezzouar qui a ouvert en 2009. Habillement, cosmétique, joaillerie, alimentation, restauration, supermarchés sont présents grâce à des revendeurs algériens en franchise ou sous une autre forme d’accord. 

L’engouement des consommateurs pour les marques étrangères est réel malgré les prix. La liste des enseignes présentes est parlante : Quick, Dessange, Yves Rocher, Mango, Guy Degrenne, Speedy… 

Pourtant on lit souvent que la franchise serait plus développée en Tunisie et au Maroc qui avec 400 réseaux aurait beaucoup d'avance. C'est à nuancer : 
- En 2010 la franchise est tout-à-fait balbutiante en Tunisie
- Le chiffre officiel du ministère du commerce marocain de 400 réseaux de franchise est très mal compris  Il y a en fait 400 marques étrangères qui ont au moins un point de vente à leur marque ou utilisant assez largement leur marque ce qui est vraiment très différent d’une franchise.

La franchise contribue à la création de boutiques spécialisées, à la création d’emplois, au transfert de savoir-faire et à la formation continue, au merchandising et au respect du client. La franchise va créer des emplois.
 
L'interdiction de versement de royalties aux franchiseurs étrangers demeure un gros problème à cause de la réglementation contraignante des changes. La Banque d’Algérie n’autorise l’exportation de redevances que si elles sont considérées comme liées à des prestations de services, ce qui n’est pas le cas de la franchise où il n’y aurait pas de transactions de flux réels. En fait les redevances de franchise sont parfaitement justifiées mais il faut prendre soin d’expliquer ce qui est inclus concrètement dans les redevances. A noter que les redevances ne sont pas toujours demandées lorsque le franchiseur est surtout un fournisseur de produits.

Les franchisés subissent aussi des loyers élevés ainsi que des difficultés de renouvellement des baux commerciaux. Les franchisés ne sont pas assez protégés face aux propriétaires des locaux. Les franchisés subissent aussi les surcoûts des lourdeurs douanières et logistiques. Le crédit documentaire est aussi pénalisant. 

La franchise vue par la Tribune. extraits d'un article de Salah Benreguia le 22 - 11 - 2010 après l'ouverture de Bab Ezzouar

L'ouverture du plus grand centre commercial d'Algérie à Bab Ezzouar a relancé le déploiement des grandes marques internationales dans le pays. De grandes enseignes étrangères de cosmétiques, prêt-à-porter, chaussure, bagagerie, restauration,... font désormais partie du paysage algérien particulièrement sur les principales artères de la capitale.

Le consommateur algérien n'est plus obligé de se rendre à l'étranger pour s'offrir quelques produits qui étaient introuvables en Algérie. Il lui suffit de se rendre dans ce nouveau quartier commercial qu'est Sidi Yahia, dans la commune de Hydra, ou dans un de ces nombreux magasins ouverts dans les grandes artères de la capitale pour faire ses emplettes.

Au centre commercial de Bab Ezzouar, à Sidi Yahia ou rue Didouche Mourad, où les loyers peuvent atteindre un million de dinars par mois, les magasins sont aménagés et décorés comme l'exige la marque qu'ils représentent. La première image qui vous frappe à l'entrée du magasin est cette présentation qui vous donne l'impression d'être dans un point de vente de la marque à l'étranger. Grandes affiches publicitaires disposées aux quatre coins du magasin, qui comporte, parfois plusieurs étages, clips vidéo vantant les produits de l'enseigne diffusés en boucle sur grand écran, bonne présentation du produit, bon accueil et amabilités des employés reconnaissables à leurs tenues frappées du logo de la marque... Le client est accueilli avec de larges sourires commerciaux, entouré, conseillé et remercié de sa visite, même s'il n'a rien acheté. ...... (note : L'accueil et le service insuffisants sont souvent reprochés au commerce algérien clasique)

Mais si le client a l'embarras du choix, les prix ne sont pas à la portée de toutes les bourses. Le créneau de l'habillement est tellement porteur que les propriétaires de ces magasins envisagent d'ouvrir d'autres boutiques dans d'autres wilayas......

Articles similaires

Vérifiez ce qui est publié sur votre réseau sur ac-franchise.com

par ACF - 11 jours

L’annuaire ac-franchise.com est le plus complet avec 2400 fiches réseaux (franchise, concession, coopératives, etc, etc.) mais aussi le plus riche en détails. Il est donc consulté par 130 000 visiteurs chaque mois.

La multi-franchise : une opportunité sous conditions

par Audrey Caudron - 12 jours

Il est tentant pour un entrepreneur en franchise de profiter de la réussite de son premier point de vente pour en ouvrir d’autres dans le mêm...

Voici comment un franchisé peut nuire aux autres du même réseau !

par David ... - un mois

Le témoignage parle d'un magasin à l'opposé de celui de la photo Nous publions ce témoignage en enlev...

Informations clés

  • Crée le: 17/01/11 19:41

Les franchises qui recrutent