Devenir franchiseur, une aventure complexe (suite)

Pour qu'une franchise réussisse, il faut que le réseau soit solide, bien structuré, basé sur le respect et la transparence. Le sérieux du franchiseur, les moyens financiers, techniques et humains mis à disposition, l'implication des franchisés sont des facteurs déterminants.

Lire le début de cet article

Franchiseur : créateur, manager, organisateur… et développeur

Le dynamisme et l'esprit fédérateur du franchiseur se refléteront dans la qualité des relations qui unissent les différents membres du réseau. Grâce à un bon recrutement et à un choix judicieux de franchisés motivés, impliqués, dotés de qualités relationnelles, le réseau évoluera plus vite et l'enseigne pourra acquérir plus de notoriété.
En véritable meneur d'hommes, la tête de réseau devra motiver ses équipes, les assister, les mettre face à leurs responsabilités, les aider à se développer en conjuguant leurs atouts. Il devra montrer l'exemple en étant toujours présent, actif dans son réseau et gardant un contact direct avec ses franchisés.
Une chaine solide est une chaine dont les maillons se complètent parfaitement. Un maillon qui se cale et c'est toute la chaine qui coince. Partant de ce principe, le franchiseur doit assurer son rôle de fédérateur. En effet, il doit savoir comment fédérer les franchisés autour d'un projet commun : le développement du réseau.
Les degrés de créativité et de performance de la chaine seront tributaires de son savoir-faire de leader, qui suscitera chez tous ses partenaires la fierté d'appartenir au réseau. L'implication de ces derniers dans les projets d'entreprise et leur adhésion aux décisions du groupe seront une conséquence relative à son esprit fédérateur.
Comme un meneur de jeu, le franchiseur donne à son réseau le tempo juste et crée les combinaisons parfaites à son équipe. Définir la stratégie à suivre par son entreprise passe par un dessin des objectifs financiers. Le monde des affaires est un monde strict et ce n'est pas le métier de franchiseur qui dérogera à cette règle. Ainsi, la bonne santé financière des deux parties prenantes de la franchise est une condition à remplir pour espérer voir le réseau se développer.
Reste que dans la pratique, c'est au franchiseur de veiller à l'équilibre entre le profit croissant de ses franchisés et la rapidité de son retour sur investissement. La mise à disposition de moyens nécessaires à la pérennité de son réseau dépendra d'une vision à long terme : perception des exigences de structure liées à son développement, anticipation de l'évolution du concept...
En faisant adhérer des franchisés à son réseau, le franchiseur est tenu de faire preuve de bon sens, de faire les bons placements, et ce au moment opportun. En effet, la stagnation du concept fera sentir ses partenaires comme délaissés par leur guide. La rénovation de l'aspect visuel de l'enseigne peut être un investissement judicieux pour lui porter une bouffée d'oxygène.
Certains franchisés frustrés en pensant aux sommes versées au franchiseur, ne voient pas l'arbre qui se cache derrière la forêt. En effet, ils peuvent négliger les montants investis par le concepteur dans l'organisation centrale ou les frais générés par la mise en place de nouveaux produits. C'est pour cela qu'on ne rappellera jamais assez la sacralité de l'information qui doit être transmise à ses franchisés afin de les garder motivés et concernés par le développement du réseau.
L'exploitation originale d'une idée devenue concept, l'efficacité dans la transmission du savoir-faire et la capacité à mobiliser des ressources humaines (effet de levier) sont les trois éléments de base de la franchise en tant que moyen de développement de l'entreprise.
Dans certaines franchises, il revient au franchiseur de fabriquer, stocker, référencer ses produits et même livrer ses franchisés. Il accompagne en permanence ses franchisés tout en assurant une série de services. Ainsi, en pratique, il sera considéré comme un fournisseur. De ce fait le franchisé sera traité non seulement comme partenaire, mais aussi comme client.
De la disponibilité envers les clients-partenaires et un sens aigu du service seront indispensables aux équipes recrutées dans les centrales de franchises. L'esprit du réseau en sera alors mis en valeur.
Pour aspirer au métier de franchiseur, il faut se mettre à l'évidence que c'est une fonction qui demande un engagement personnel important. En outre, la maîtrise de son métier de base, un sens inné du management et beaucoup de tact seront indispensables pour passer du statut d'un patron au statut d'un grand patron !

Articles similaires

Le recrutement des franchisés se fait trop souvent à l'intuition

par jm/js - 10 jours

Le candidat idéal doit avoir tant de qualités que finalement le critère de différenciation sera lié à la relation qui s'établit entre franchiseur et franchisé. Évidemment un bon franchiseur a déterminé un profil type pour le recrutement des franch...

Histoire de la franchise : les bonnes idées mettent parfois du temps à s'imposer…

par DD/JS - 13 jours

Le mot franchise nous vient du moyen-âge. Des seigneurs accordaient à certaines villes ou professions des libertés ou des privilèges sur un territoire délimité mais le sens actuel en est assez loin.

Une formation initiale efficace pour le franchisé

par JD - 14 jours

La formation initiale est déterminante si vous voulez réussir en franchise que ce soit en France, au Maroc ou ailleurs. La première étape en effet est l'acquisition du savoir-faire de votre franchiseur, vérifiez qu'il a prévu une formation de qual...

Informations clés

  • Crée le: 27/10/12 02:00

Les franchises qui recrutent