Le franchisé est-il libre comme un commerçant indépendant ?

La question de la liberté du franchisé est souvent posée. Celui-ci a-t-il autant de marge de manoeœuvre que le commerçant isolé, ou au contraire, son appartenance à un réseau l'empêche-t-elle de jouir de toute la liberté d'un chef d'entreprise ?

D'abord qu'est-ce qu'être un chef d'entreprise ? D'un point de vue strictement  juridique, franchiseur et franchisé sont deux entrepreneurs indépendants et le franchisé est clairement un chef d'entreprise libre. D'un point de vue économique, cette notion de liberté doit se confronter aux fondamentaux de la franchise sur trois points clés qui apportent des avantages au franchisé mais réduisent aussi son autonomie au quotidien.
1) La franchise exerce une attraction sur la clientèle par des signes de ralliement de la clientèle composés essentiellement d'une marque à titre d'enseigne et d'une charte graphique dont l'objectif est d'apporter une « valeur ajoutée subjective » au produit ou au service. Cet avantage a pour contrainte corollaire le fait que le franchisé doit respecter les promesses faites par la marque à ses clients.
2) –La franchise apporte un savoir-faire spécifique, transmissible et reproductible qui, s'il est bien appliqué, engendrera des résultats économiques comparables aux autres franchises du réseau ou à l'unité pilote. (Lire aussi : Qu'est ce qu'une unité PILOTE ?) La contrainte est donc de bien appliquer ce savoir-faire.
3) La franchise apporte une assistance permanente au franchisé ce qui permet une bonne exploitation des éléments transmis (signes de ralliement et savoir-faire). (Lire aussi : Le savoir-faire en franchise) La contrainte est donc de travailler en équipe avec le franchiseur et de tenir compte de ses conseils, mais est-ce vraiment une contrainte ?
Il apparaît donc que le franchisé est un chef d'entreprise à part entière mais qui en plus bénéficie du savoir-faire et des conseils experts de son franchiseur pour l'optimisation de son activité. Il peut refuser de suivre les recommandations de celui-ci (comme il refuserait de suivre les conseils d'un avocat ou d'un expert comptable pour des questions juridiques ou financières !) si cela ne met pas en danger le concept et les intérêts du franchiseur et des autres franchisés. Mais il peut faire le choix, cohérent et efficace, de profiter de tous les outils mis à sa disposition pour prospérer
L'analyse ci-dessus est la synthèse d'un article paru dans la presse. Nous ajoutons :
- que le contrat de franchise dure plusieurs années
- que le franchisé, comme le franchiseur, a accepté des obligations pour préserver les intérêts de l'autre partie mais aussi des autres franchisés et des clients
Il s'agit donc d'une indépendance volontairement limitée pour une durée librement consentie.

Lire aussi cet article : Les devoirs du franchiseur en neuf obligations

Articles similaires

Le recrutement des franchisés se fait trop souvent à l'intuition

par jm/js - 14 jours

Le candidat idéal doit avoir tant de qualités que finalement le critère de différenciation sera lié à la relation qui s'établit entre franchiseur et franchisé. Évidemment un bon franchiseur a déterminé un profil type pour le recrutement des franch...

Histoire de la franchise : les bonnes idées mettent parfois du temps à s'imposer…

par DD/JS - 17 jours

Le mot franchise nous vient du moyen-âge. Des seigneurs accordaient à certaines villes ou professions des libertés ou des privilèges sur un territoire délimité mais le sens actuel en est assez loin.

Une formation initiale efficace pour le franchisé

par JD - 18 jours

La formation initiale est déterminante si vous voulez réussir en franchise que ce soit en France, au Maroc ou ailleurs. La première étape en effet est l'acquisition du savoir-faire de votre franchiseur, vérifiez qu'il a prévu une formation de qual...

Informations clés

  • Crée le: 10/05/14 00:28

Les franchises qui recrutent