Quand les riches hommes d’affaires algériens se lancent dans la franchise !

L’algérien aisé mais aussi l’algérien moyen ne veulent plus se contenter du bas de gamme pour s’habiller ou s’accessoiriser. Les mentalités changent et ils recherchent des produits authentiques de qualité et qui ont une plus grande durée de vie. Les milliardaires algériens ou autres ont compris que la demande existe. Alors ils se lancent eux aussi dans l’exploitation d’une ou plusieurs franchises étrangères ou locales en Algérie.

Article inspiré en partie d'un article paru dans le Quotidien d'Oran

Quand les richissimes hommes d’affaire se lance dans la franchise cela donne par exemple :

 - Hakim Cherfaoui est un homme d’affaire qui n’a pas fait recette en lançant un réseau de supermarché sous le nom de Promy. Il décide alors de se tourner vers la franchise en exploitant la marque Z, enseigne de prêt-à-porter pour enfant du groupe Zannier. L’ouverture de la première boutique a eu lieu en Novembre 2012 dans le célèbre centre commercial et de loisirs de Bab Ezzouar.

- Issad Rebrab est le PDG d'un groupe privé algérien. Il exploite une franchise locale d’hypermarché sous le nom de UNO. Après une première ouverture dans la ville de Garidi, le dirigeant a inauguré un autre hypermarché de superficie plus grande que le premier au sein du centre commercial et de loisirs de Bab Ezzouar. Son objectif est de tisser sa toile sur tout le pays.

- A travers la société Mansel Distribution, les associés  Manel et Salim Benmiloud détiennent les droits de franchise de 4 enseignes internationales : Carré Blanc, Alain Afflelou, Geneviève Lethu et Guy Degrenne ont ainsi déjà pignon sur rue en Algérie.

- Slim Othmani est PDG de NCA, numéro 1 dans la production de jus en Algérie (Rouiba). Il est actionnaire de la société Oméga. Cette dernière exploite les marques Lacoste. Une première boutique existe déjà dans le centre commercial et de loisirs de Bab Ezzouar. Une dexième devrait voir le jour dans la ville d’Oran.

Quelle est la clientèle de ces enseignes étrangères haut de gamme ?

En Algérie, il existe une réelle demande qui ne cesse de croitre, pour les produits de marque.  Cette demande n’émane pas seulement de la classe bourgeoise du pays. Une classe moyenne à revenus élevés est en effet en train d’émerger en Algérie. Elle correspond à des cadres algériens employés dans les sociétés étrangères implantées en Algérie et/ou de grands privés locaux. On constate aussi une augmentation de revenus pour les hauts fonctionnaires et les cadres supérieurs de l’État.

Le centre commercial et de loisirs de Bab Ezzouar

Le choix de l’implantation de ce complexe commercial ne s’est pas fait au hasard. L’emplacement est un futur quartier d’affaire de la capital  algérienne. Des sociétés françaises et algériennes  ainsi que des banques étrangères y auront des bureaux d’affaires. Un complexe immobilier devrait voir aussi le jour dans le quartier incluant des hôtels comme Mercure ou Ibis.

Articles similaires

Choisir une franchise jeune ou mature ?

par MM - 4 jours

Choisir une franchise avec un concept éprouvé permet un retour sur investissement plus sûr en principe mais coûterait plus cher en droits d’entrée car la marque étant connue la clientèle serait "acquise" et le concept maintes fois testés. Cela me...

Multi-franchise ou Pluri-franchise, comment faire le bon choix ?

par HK - 21 jours

Le modèle de la franchise offre des opportunités de développement quasi infinies. Iil vous est possible de nouer un nouveau partenariat avec votre premier franchiseur et de devenir ainsi multi-franchisé de l’enseigne. Vous pourrez également faire ...

Le recrutement des franchisés se fait trop souvent à l'intuition

par jm/js - un mois

Le candidat idéal doit avoir tant de qualités que finalement le critère de différenciation sera lié à la relation qui s'établit entre franchiseur et franchisé. Évidemment un bon franchiseur a déterminé un profil type pour le recrutement des franch...

Informations clés

  • Crée le: 21/02/12 10:38

Les franchises qui recrutent